Autographes

« C’est précisément cette main du génie, laquelle confère une certaine magie à chaque feuillet portant sa trace – la double nature mystérieuse de l’esprit matérialisé et de la matière spiritualisée qu’est le manuscrit – qui nous a incité à développer également la collection dans ce sens. » (Martin Bodmer, Eine Bibliothek der Weltliteratur, Zurich, 1947, p. 106, trad. M. Kolakowski).

Légende des illustrations:

1) Lettre autographe de Pierre Corneille à Paul Pellisson, s’ouvrant sur six alexandrins de l’auteur, [fin 1658], fol. 1r, Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève), C-35.1, unique manuscrit de Corneille à avoir jamais passé en vente publique.
2) A Madame la Comtesse de Forbach. Sur l’Education, manuscrit autographe de Denis Diderot, [avant le 27 mars 1772], fol. 1r, Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève), D-20.1, premier état du texte inconnu des différentes éditions.

Les manuscrits français modernes de la Bibliotheca Bodmeriana

La bibliothèque de Martin Bodmer s’est constituée autour de la notion de Weltliteratur, forgée par Goethe au début du XIXe siècle. Dans cet ensemble, les manuscrits français modernes (XVIe-XXe s.) occupent une place étonnamment importante, tant par leur nombre (ca. 500 pièces, soit un peu moins de 40% des manuscrits modernes conservés à la Fondation Martin Bodmer) que par leur intérêt pour la recherche, jusqu’ici largement méconnu.

Le cluster du Bodmer Lab qui leur est consacré a pour objectif premier de fournir pour chacun d’entre eux, outre une reproduction numérique intégrale, une notice comprenant : 1) la présentation générale du texte et de son contexte de production ; 2) la description matérielle du manuscrit ; 3) l’historique de sa provenance ; 4) le cas échéant, une mise en relation avec des éditions du texte accessibles en ligne ainsi qu’une bibliographie sommaire. A cette notice s’ajoute, lorsque cela est nécessaire, une transcription semi-diplomatique conçue comme aide à la lecture directe du texte dans le manuscrit.

En parallèle à la réalisation de cette galerie virtuelle, offrant pour la première fois à tout un chacun la possibilité d’observer au plus près l’élaboration d’œuvres littéraires et scientifiques (auxquelles s’ajoutent plusieurs dizaines de lettres historiques) aussi importantes et variées, une réflexion est menée quant à l’inscription de ce corpus dans la Bibliotheca Bodmeriana, et plus largement sur l’histoire des collections de manuscrits autographes en tant que « traces » du « génie » des « grands hommes », autant de notions et de démarches qu’il est devenu nécessaire de problématiser et d’historiciser. Enfin, la mise à disposition de ces manuscrits s’opère en tenant compte des travaux réalisés par la critique génétique et vise dès lors à lui fournir, ainsi qu’à toute autre approche théorique de la littérature, un instrument inédit particulièrement apte à saisir le texte dans sa dimension historique et ses variations.

N.B. : Dans l’esprit de collaboration ouverte qui anime en général les projets d’Humanités numériques, un appel à contribution est lancé auprès des étudiants qui souhaiteraient s’investir dans la réalisation de cette plateforme unique en son genre, en participant à la rédaction de notices et/ou de transcriptions de manuscrits. Contact : marc.kolakowski@unige.ch

Le travail des étudiants

Les étudiants préparent des notices descriptives qui vont accompagner, en ligne, le document original. Ces notices, d’abord sommaires, livreront au fil des recherches en cours, les informations matérielles et contextuelles qui seront progressivement mises à disposition de la communauté des chercheurs aussi bien que du grand public.

Par exemple, l’analyse matérielle du manuscrit autographe de Diderot Sur l’Education ou du poème Le Vampire de Baudelaire, révèle plusieurs interventions extérieures. Dans le premier cas, un ancien lecteur a pu constater qu’une version imprimée du texte était plus complète que le manuscrit d’origine et il l’a indiqué sur le manuscrit autographe ; dans le second cas, la composition d’un autre auteur au verso d’une page du grand poète est une indication que le manuscrit faisait partie d’un album écrit à plusieurs mains.

Des questionnements fondamentaux peuvent en découler, relatifs à l’auteur d’une oeuvre, son rapport à d’autre textes et à des circonstances particulières, ou encore le délicat problème de l’authenticité d’une pièce.

Le travail des étudiants va plus loin :

– Ils essaient de retracer chacune des étapes de la vie du manuscrit depuis sa création jusqu’à leur achat par Martin Bodmer. Cet historique des provenances, difficile à établir même partiellement, renseigne notamment sur la valeur accordée au manuscrit au fil du temps.

– Enfin, les étudiants recherchent également les différentes éditions du texte en ligne et mettent le manuscrit « en réseau ». Cette pratique permet de comparer différentes versions du texte et ainsi d’apprécier le travail de l’auteur sous de multiples perspectives.

L’étude d’un manuscrit peut prendre quelques jours ou plusieurs semaines voire des mois. Cela dépend de sa taille bien sûr, de la lisibilité de l’écriture, de la thématique et aussi de la motivation et de l’intérêt des étudiants. « Il suffit d’une note au crayon de papier et on se retrouve à fouiller pendant des heures et des heures pour comprendre le parcours du manuscrit en question, quelle importance il a eu pour son auteur. Les informations qu’il contient nous guident, on est dans la position de chercheur et on découvre souvent bien plus que ce que l’on avait anticipé. On apporte ainsi un regard nouveau au document littéraire » indique Elsa, qui a poursuivi ce travail sur les manuscrits autographes bien après avoir terminé son cursus universitaire.

Ainsi mis en contexte et mis en réseau, le manuscrit est à même de livrer ses secrets : ces recherches peuvent parfois aboutir à un itinéraire qui conduit, à travers plusieurs siècles d’histoire et via de nombreux intermédiaires, de la main même de l’auteur jusqu’à Martin Bodmer.

Quelques noms d’auteurs figurant au corpus des manuscrits français modernes de la Bibliotheca Bodmeriana :

XVIe s. : Montaigne, Rabelais, Ronsard, …

XVIIe s. : Boileau, Bossuet, Corneille, La Fontaine, Malherbe, Perrault, Racine, Sévigné, Scudéry, Scarron, …

XVIIIe s. : Beaumarchais, Casanova, D’Alembert, Diderot, Montesquieu, Prévost, Rousseau, Sade, Voltaire, …

XIXe s. : Balzac, Barbey d’Aurevilly, Baudelaire, Bertrand, Chateaubriand, Chénier, Constant, Daudet, Dumas, Flaubert, Gautier, Hugo, Huysmans, Lamartine, Leconte de Lisle, Mallarmé, Maupassant, Monet, Musset, Napoléon, Nerval, Nodier, Rimbaud, Sand, Staël, Stendhal, Verlaine, Vigny, Villiers de l’Isle Adam, Zola,…

XXe s. : Apollinaire, Bernanos, Breton, Claudel, Cocteau, Colette, Curie, Eluard, Gide, Larbaud, Mauriac, Péguy, Piaget, Proust, Ramuz, Saint-Exupéry, Sartre, Valéry,…