Littérature mondiale

L’expression de «littérature mondiale» (Weltliteratur) a été lancée par Goethe dans l’espace culturel européen au cours des années 1820. Depuis lors, elle a donné lieu à d’innombrables réflexions sur l’ensemble des continents.

De mot d’ordre humaniste, voire révolutionnaire (dans le Manifeste du parti communiste de Marx et Engels ou sous la plume de Maxime Gorki), la littérature mondiale est vite devenue, aux États-Unis, la matière d’un enseignement destiné tout d’abord à émanciper les classes populaires, puis à cultiver l’esprit d’ouverture des étudiants des Colleges (toutes disciplines confondues). Dès le milieu du XXe siècle, la littérature mondiale désignera un objet de recherche universitaire dont les années 2000 verront l’institutionnalisation en un champ de recherche international.

La Bibliotheca Bodmeriana participe de cette histoire intellectuelle et politique. Elle en marque un jalon unique: Martin Bodmer est en effet le seul à avoir concrétisé sa vision personnelle de la littérature mondiale dans une collection. Auteur d’ouvrages et d’articles consacrés à ce sujet, ses acquisitions bibliophiliques ont cherché à matérialiser sa propre philosophie de la littérature mondiale. Les travaux les plus récents dans le domaine de la littérature mondiale, illustrés entre autres par les propositions de Pascale Casanova, David Damrosch et Franco Moretti, confèrent une actualité renouvelée au projet de Martin Bodmer et à l’ampleur exceptionnelle de sa collection.