Siglo de Oro

Le fond antique espagnol de la collection Bodmer est d’une grande valeur, non seulement parce qu’il abrite des manuscrits médiévaux et des autographes du Siècle d’Or, mais aussi parce qu’il réunit un grand ensemble d’imprimés qui vont de La Celestina (1500) aux premières éditions de Don Quijote, des Novelas ejemplares, Le Viaje del Parnaso et bien d’autres telles que les éditions de La Galatea ou du Persiles. En plus de ces grands classiques, cette collection recèle des trésors du dramaturge Pedro Calderón de la Barca, des recueils de poèmes du Romancero general et des œuvres de Garcilaso de la Vega, Jorge Manrique, Hernando de Acuña, Alonso de Ercilla, Fernando de Herrera, San Juan de la Cruz et Luis de Góngora. On peut également y trouver de fameux romans picaresques (Lazarillo de Tormes, El Guzmán de Alfarache, ou El Buscón de Quevedo) ; ainsi que des romans chevaleresques (El Amadís de Gaula) et pastoraux (La Diana). Lope de Vega semble avoir reçu un traitement particulier de la part de Martin Bodmer qui a collectionné presque tout ce que cet excellent dramaturge du Siècle d’Or a écrit : prose, poésie et les volumes contenant ses vingt-cinq parties de comédies, entre autres.

Pourquoi cet amour de Martin Bodmer pour Lope de Vega ? Que nous révèle ce fond extraordinaire sur l’humanisme suisse ?

    

Légende des illustrations:

1)  Anonyme, Los quatro libros del muy efforçado cauallero Amadis de Gaula nuevamente emendados hystoriados, Imp. Antonio de Salamanca, Roma, 1519, f. xvii.

2) Pedro Calderón de la Barca, Comedias, Imp. Viuda de Iuan Sanchez, Madrid, 1640-1677, p. I.